MENU

Moose Factory

IMG_6126

Moose Factory
Établie en 1903 sur les terres traditionnelles cries, Moosonee a originalement vu le jour pour rivaliser avec Moose Factory, le célèbre poste de traite de fourrures de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) situé sur une île voisine. Construit en 1730, Moose Factory est l’une des plus anciennes colonies de peuplement en Ontario, et le deuxième poste de traite de la CBH en Amérique du Nord.

Les visiteurs qui veulent se rendre à Moose Factory doivent monter à bord du Polar Bear Express à Cochrane, en Ontario, et parcourir 300 kilomètres à travers les régions sauvages éloignées du nord avant d’atteindre la ville de Moosonee, également appelée la « porte d’entrée de l’Arctique ». Le service ferroviaire a commencé en 1932, et continue d’être le seul lien terrestre entre la ville et le sud de la province. Située sur la rivière Moose, juste au sud de la baie James, Moosonee est le terminus du Chemin de Fer Ontario Northland et le seul port d’eau salée de l’Ontario. De là, des bateaux-taxis et une route de glace hivernale relient Moose Factory à la municipalité et au continent.

The barge crossing from Moosonee to Moose Factory flying the Lieutenant Governor's Standard

The Lieutenant Governor’s standard flies from the barge crossing from Moosonee to Moose Factory. Credit: Paul Lantz

Ses bâtiments et points d’intérêt patrimoniaux, dont les bâtiments du poste de traite de la Baie d’Hudson qui remontent aux années 1800, ont été désignés comme sites historiques nationaux sur l’île. Aujourd’hui, Moose Factory est le lieu de résidence de la Première Nation crie de Moose, une collectivité prospère.

 Un écogîte
Bien avant la Compagnie de la Baie d’Hudson, le peuple cri a vécu au cœur du bassin versant de la baie James pendant des millénaires. Le Centre d’interprétation culturelle des Cris à Moose Factory raconte la culture passée et présente de ce peuple et expose son artisanat traditionnel. En 2000, sous la direction du défunt chef Randy Kapahesit, la Première Nation crie de Moose a mis sur pied un écogîte pour promouvoir le tourisme autochtone et assurer une durabilité économique. Le gîte est entouré d’un grand jardin communautaire. Le Cree Village Ecolodge reflète la vision audacieuse du chef Kapahesit, et incarne les valeurs environnementales et culturelles de la Première Nation. Premier écogîte autochtone en Amérique du Nord, il est reconnu comme l’une des principales destinations écologiques de tout le continent.

Un sanctuaire d’oiseaux
Les écotouristes font le long voyage vers le nord pour y explorer le paysage subarctique de l’une des plus grandes zones humides au monde. Des excursions en bateau les amènent au sanctuaire d’oiseaux migrateurs de Moose River où ils peuvent observer la faune marine des marées dans les eaux salées de la baie James, et voir, s’ils ont de la chance, de spectaculaires aurores boréales traverser le ciel. Il est probable que leur guide leur parle alors du chef Kapahesit et des mots qu’il a prononcés lors de l’ouverture de l’écogîte : « Nous croyons qu’il est possible de nous engager, ainsi que nos visiteurs, dans un dialogue moderne qui nous met tous au défi de voir notre relation avec les autres et le monde naturel sous un jour différent ».

The Lieutenant Governor stands in front of St. Thomas’ Anglican Church

The Lieutenant Governor stands in front of St. Thomas’ Anglican Church

Réflexion
Moose Factory est une île imprégnée d’histoire qui évolue rapidement vers un avenir centré sur la collectivité. Lors de ma visite à l’été 2018, j’ai été fascinée de voir la maison du personnel de la Baie d’Hudson, une des plus anciennes structures en bois de l’Ontario, et le nouveau centre pour aînés avec aide à la vie autonome érigé sur la même rive.

Les histoires que m’ont racontées les chaleureux et généreux membres de la Première Nation crie de Moose m’ont montré que leur lien profond avec la terre et son histoire est très présent dans le quotidien de ces gens. En visitant les lieux historiques nationaux et le parc du musée centenaire de Moose Factory, j’ai été interpellée par de nombreux passants qui m’ont fait part des souvenirs qu’ils gardent de bâtiments, dont l’église anglicane St. Thomas. Achevée en 1885, cette église a déjà tenu des services en cri et en anglais, et a servi de pilier dans l’histoire de nombreuses familles de la collectivité autochtone. En effet, le vécu des aînés est très valorisé, et le nouveau centre pour personnes âgées avec aide à la vie autonome, qui a été autofinancé, offre à cette population un mode de vie et des soins de santé accessibles et à la pointe de la technologie. Le centre est aussi important sur le plan de l’héritage culturel de la collectivité que le sont les bâtiments historiques. Garder les aînés près de leur famille et au sein de la collectivité est un élément essentiel à la cohésion sociale, et une leçon dont pourraient bénéficier tous les Ontariens.

La langue crie est également florissante au sein de la collectivité. Le Centre John R. Delaney pour les jeunes est un lieu d’apprentissage coloré et interactif, où l’alphabet cri est peint sur les murs et des objets du quotidien sont étiquetés en langue crie. Les jeunes sont très fiers de leur culture, et j’ai passé un après-midi agréable au centre à faire une entrevue radio en direct pour parler de mon expérience sur l’île. Lorsque les jeunes disposent d’un espace pour grandir et apprendre, nous permettons à cette génération de développer un potentiel illimité. L’accès à l’éducation et à l’apprentissage culturel est une pierre angulaire de la prospérité économique inclusive, un pilier de durabilité que la population comprend profondément.

The Lieutenant Governor sits across from a reporter participating in a radio interview

The Lieutenant Governor sits across from a reporter participating in a radio interview

Situé sur les rives de la rivière Moose, où passent des bélugas et où le ciel du jour et de la nuit se reflète sur l’eau, l’écogîte démontre clairement pourquoi cette partie de la province est si spéciale. Pouvoir rester à cet endroit tout en atténuant notre empreinte sur la terre est au cœur du mode de vie autochtone. Et en parcourant le livre des visiteurs du gîte, j’ai été remplie de fierté en voyant combien de noms du monde entier s’y trouvaient. En plaçant la gérance environnementale au centre de son accueil, Moose Factory invite tous les visiteurs à s’imprégner dans la culture autochtone d’une manière holistique et significative.

L’un de mes moments les plus mémorables a été une promenade en bateau tôt le matin, où nous sommes passés devant le sanctuaire d’oiseaux et avons atteint l’embouchure de la baie James – le calme et l’eau à perte de vue. C’est une femme de la région, Ann Wesley, qui a été ma guide pendant l’excursion, et elle a partagé avec moi sa connaissance de la terre et de la faune, ainsi que son histoire personnelle de résilience.

The Lieutenant Governor stands in a teepee with members of the Moose Cree First Nation

The Lieutenant Governor stands in a teepee with members of the Moose Cree First Nation

Les gens de Moose Factory semblent comprendre intuitivement ce qu’est la durabilité. Les visiteurs et tous ceux qui souhaitent voir les trois piliers en pratique peuvent apprendre beaucoup de cette collectivité.